accueillir-magazine-chambresdhotes

Interview de Caroline Kyberd, rédactrice en chef d’Accueillir Magazine

Mai 4 • Conseils en communication, On en parle... • 3832 Vues • Aucun commentaire sur Interview de Caroline Kyberd, rédactrice en chef d’Accueillir Magazine


Afin d’aider les futurs propriétaires de chambres d’hôtes dans leur création, je voulais mettre l’accent sur Accueillir Magazine, support presse incontournable pour tous les acteurs du tourisme « chez l’habitant ».

Plutôt que d’écrire un article présentant Accueillir Magazine, j’ai préféré interviewer Caroline Kyberd, sa rédactrice en chef. Caroline Kyberd a fondé le magazine en 2005 avec Charles Lecointe et a su faire évoluer son offre puisque vous pouvez aujourd’hui consulter son blog, www.ouvrir-chambres-hotes-leblog.com, pour connaître tous les détails nécessaires à l’ouverture de vos chambres d’hôtes.

Si vous êtes passionné par ce mode d’hébergement, tout comme la rédaction d’Accueillir Magazine (et moi-même), je vous invite également à naviguer sur l’autre blog de Caroline Kyberd: www.jaimelesmaisonsdhotes.com. Vous y découvrirez des adresses chaleureuses et accueillantes telles qu’on les aime.

Passons maintenant au jeu de questions-réponses pour en savoir plus:

Chc: Qu’est-ce qui vous a amené à créer Accueillir Magazine ?

Caroline Kyberd: L’envie de créer un magazine dans le tourisme et d’apporter des informations utiles aux loueurs de chambres d’hôtes. Accueillir Magazine paraît tous les deux mois, cela permet de traiter les sujets de fonds, et de s’intéresser à tous les aspects de la maison d’hôtes, aussi bien la gestion, le juridique, la fiscalité que les questions internet, se faire connaître, les travaux, les aménagements, les côtés décoration, le développement durable ou l’actualité du tourisme.

Chc: Quel est le rôle de votre blog, www.ouvrir-chambres-hotes-leblog.com, par rapport à votre magazine ?

Caroline Kyberd: Le blog www.ouvrir-chambres-hotes-leblog.com s’adresse aux créateurs qui sont très en amont, en phase de réflexion. Créer des chambres d’hôtes serait le rêve numéro 1 des Français. Dans la réalité, peu passent à l’acte. Je pense que c’est une activité passionnante mais qui n’est pas accessible à tout le monde et je ne fais pas référence au coût de la propriété, mais aux qualités humaines nécessaires pour avoir des hôtes chez soi, être à l’écoute permanente, avoir envie de rencontres. Ce blog, c’est pour les pousser à réfléchir au fil des jours à ce que sera leur quotidien s’ils se lancent dans cette aventure et les aider à mieux définir leur projet.

Chc: Quels sont les sujets qui intéressent le plus vos lecteurs et vos stagiaires?

Caroline Kyberd: Ils cherchent des informations financières et réglementaires, certains pensent aussi à allonger la saison, à dynamiser l’avant et l’arrière saison, beaucoup cherchent des informations fiscales et veulent se tenir à jour et voir les bonnes idées des autres au travers des reportages et comment se simplifier le quotidien, ils se posent des questions sur l’utilisation d’internet au sens large.

Chc: Constatez-vous une professionnalisation du tourisme en chambres d’hôtes ?

Caroline Kyberd: Je n’aime pas ce mot. On ne sait pas s’il fait référence à un statut juridique ou à une attitude. De plus en plus de propriétaires vont devoir adopter un statut juridique, les parlementaires en ont décidé ainsi. En revanche, je dirai qu’ils ont pour beaucoup une attitude professionnelle, en opposition à l’amateurisme, et cela vaut mieux car s’ils n’avaient pas tout pensé dans le moindre détail, les hôtes arriveraient avec des chambres pas prêtes ou des repas très en retard. J’aime comparer l’activité à celle d’un artisan qui effectue un travail sérieux et sur-mesure.

Chc: Lors de vos stages de formation à la création de maison d’hôtes, avez-vous remarqué une évolution des caractéristiques du porteur de projet type ?

Caroline Kyberd: Historiquement, les premières chambres d’hôtes étaient créées par des personnes ouvrant des chambres dans leurs propriétés. On voit désormais des créateurs qui achètent une maison pour y aménager des chambres d’hôtes et / ou gîtes, et parmi celles-ci des pré-retraités, des retraités ou de jeunes couples avec enfant qui ont envie d’une autre vie, plus « vraie », mais je voudrai relativiser. Le phénomène chambres d’hôtes est médiatique, la place occupée par les chambres d’hôtes dans les médias avec un focus sur les maisons très déco et haut de gamme n’est pas représentative de la réalité, les chambres d’hôtes ne représentent que 1 à 1,5 % de l’hébergement marchand, et au total cela ne fait que quelques centaines de créateurs par an.

Chc: Pensez-vous que les nouveaux médias sociaux tels que Facebook et Viadeo sont incontournables pour faire connaître ses chambres d’hôtes ?

Caroline Kyberd: C’est à chacun de savoir quels sont ses objectifs. Je connais beaucoup de propriétaires qui sont heureux d’avoir des hôtes à la belle saison, lors d’événements mais ne souhaitent pas plus. Leur label, le site internet et le bouche à oreille leur suffit. D’autres propriétaires aimeraient allonger leur saison et fonctionner toute l’année, les réseaux sociaux sont un moyen parmi d’autres, sûrement de plus en plus efficace pour créer un lien, mais cela doit s’inscrire dans un ensemble d’actions de communication parce que tout cela est chronophage, et il faut pour chacun cibler ses besoins, ses compétences en informatiques et ce qu’on aime faire.

Chc: Voyez-vous un intérêt à Twitter pour un propriétaire de chambres d’hôtes ou de gîte rural ?

Caroline Kyberd: Au jour d’aujourd’hui, si on s’adresse à un public anglo-saxon. Le Twitter français est encore très utilisé par le monde professionnel, mais tout change très vite dans le monde d’internet. Maintenant on ne perd rien à créer son compte et y publier quelques informations.

Chc: Quels conseils donneriez-vous à un porteur de projet avant de se lancer ?

Caroline Kyberd: Deux points, se demander quels sont ses points faibles et prendre le temps de se former, je pense à l’utilisation de l’internet ou à la gestion. Autre aspect, ne pas oublier qu’après la période passionnante de la création où on s’occupe de la décoration et d’aménagements, il y aura le fonctionnement avec le ménage, le repassage et toute la vie quotidienne. Il faut anticiper pour que cela se passe bien et que les tâches domestiques ne deviennent pas une charge insupportable car c’est l’accueil des hôtes qui en pâtira nécessairement.

Je remercie une nouvelle fois Caroline d’avoir consacré du temps à répondre à mes questions et espère vivement que cela vous aura apporté une aide supplémentaire.

Pour plus de renseignement, je vous conseille de visiter les sites Internet de Caroline Kyberd et surtout de vous abonner à Accueillir Magazine. Tous ces moyens sont une aide précieuse que vous saurez apprécier pour partir du bon pieds ou simplement vous documenter. N’oubliez pas non plus les formations sur deux jours pour ouvrir sa maison d’hôtes.

www.accueillir-magazine.com

www.ouvrir-chambres-hotes-leblog.com

www.jaimelesmaisonsdhotes.com

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

« »